Blog


- C’est un joli nom camarade
- Concerts au festival d’Avignon
- Concert anniversaire pour mes 15 ans de chanson !
- « Allez jouer dehors ! » :
livre-disque jeune public & spectacle en tournée

- « Allez jouer dehors ! » concert jeune public au festival d’Avignon
- Thomas Pitiot chante Vassiliu au Divan du Monde
- Tous au Zèbre !
- Transports Pitiot Père & Fils, Genèse
- La Place de l’autre : duo Thomas Pitiot / Batlik
- L’Océan Nomade
- L’année 2009
- Griot, janvier 2008
- Marcel est parti ; il s’est un peu enfui
- Ecrit de mars 2007
- Ecrit de janvier 2007
- Ecrits d’hiver
- Bonne fête, Glin-Glin
- Cité rouge
- Photo de classe, Lutte de classes
- L’Anthropologue de Seine-Saint-Denis
- Place de Clichy cherche République, désespérément !
- Écrit d’Automne : Couvre feu, feux follets, lait de vache, vache de ferme, ferme ta gueule…
- Écrit d’été : un portrait de Thomas dans « À fleur de Mots »
- Avril 2005
- Naissance du deuxième album

Thomas Pitiot chante Vassiliu au Divan du Monde

Le samedi 30 janvier 2016 à 20h30
Le Divan du Monde : 75 rue des Martyrs, 75018 Paris
Métro : Pigalle ou Abbesses
Tarifs : 18€ et 13€ (hors frais de location)
Billetterie en ligne : FNAC et Billetreduc

Bonjour les amis,

Je ne sais pas quoi dire. D’habitude, je rebondis sur l’actualité, je « nous » situe dans un mouvement social, je clame, je dénonce, je contextualise. Et après ça je fais le lien avec mon actualité artistique, des concerts ou un album. J’essaie de faire vivre ma newsletter en vous rappelant mon bonheur de vous avoir à l’autre bout du net.

Mais en cette fin d’année, tout comme vous, je suis saturé, blessé, triste, inquiet, rageur, déstabilisé, perdu. Pour se rassurer, on peut se dire comme Krishnamurti que « ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade » et que nos terreurs diurnes sont la preuve de nos sensibles humanités.

Ils ne sont pas nombreux les signes qui pourraient nous faire croire en d’immédiats lendemains qui chantent ; pourtant, nous n’avons pas d’autres choix que de les saisir, de les faire vivre et grandir, chacun à sa manière. Je pense que nous avons tout autour de nous des braises de fraternité sur lesquelles souffler, pour peu qu’on prenne le temps de les considérer et de s’extraire du rythme et de la violence des informations qui s’abattent indifféremment sur nos esprits plus jamais tranquilles.

J’ai toujours vécu mes concerts comme des réunions de générations et d’horizons. J’ai été influencé par des tas de chanteurs et musiciens casseurs de frontières, graves ou fantaisistes, de toutes les couleurs et de toutes les humeurs. Parmi eux, et certainement celui qui m’accompagne depuis le plus longtemps, Pierre Vassiliu. Nous avons créé un spectacle qui lui rend hommage en reprenant plusieurs bouts de son répertoire, plusieurs époques, en célébrant évidemment ses ensoleillements afro-caribéens.

Après trois belles représentations en 2015, nous jouerons ce spectacle lors d’une soirée exceptionnelle le samedi 30 janvier à Paris, au Divan du Monde.

Je ne sais trop quoi vous dire d’autre que « venez » ! Ca sera beau, coloré, festif, dansant, vivant. On sera ensemble, pour fêter Vassiliu, chanteur singulier, soiffard d’un monde d’amour, de paix et de partage, dévoreur de musiques rassembleuses et chatoyantes.

Heureusement, nous sommes nombreux à fixer des rendez-vous de paix et d’espoir pour anéantir les peurs et soigner les blessures. Celui-ci est le mien. J’espère vous y retrouver.

Je vous souhaite des fêtes de fin d’années qui soient des fêtes sans défaites, des fêtes qui durent et qui durent…

À très bientôt

Fraternellement,

Thomas